Art, Bretagne, Côté Mer, Finistère 8

L’île Wrac’h et les crabes de Jerôme Durand

Jérôme Durand est un artiste qui me fait rêver. Je peux rester assez longtemps devant une de ses sculptures. J’aime bien entendu ses thèmes de travail : l’appropriation de l’espace, le territoire, les rencontres notamment avec son projet de balises.  J’aime aussi qu’il travaille le bronze, l’acier, c’est terrien, solide, organique. J’aime surtout ses invasions de crabes.

Cet été les crabes envahissaient l’île Wrac’h dans le Finistère nord. J’ai passé une après-midi en leur compagnie, à les photographier dans tous les sens, à les toucher, m’asseoir en dessous… et je sens qu’ils vont me manquer.

Wrac’h est redevenue solitaire, nue.

ile-wrach-crabes (6) F ile-wrach-crabes (9) F ile-wrach-crabes (10) F ile-wrach-crabes (1) F ile-wrach-crabes (11) F ile-wrach-crabes (14) F

Vous pouvez voir également une petite famille de crabes in situ sur un mur faisant face à la Tour Tangy à Brest.

*****On accède à l’île Wrac’h, 3 heures avant la marée basse et 3 heures après, par la plage de St Cava à Plouguerneau.*****

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

A lire aussi...

8 Commentaires

  • Severine - Native du Monde says: 17/09/2014 at 8 h 36 min

    J’aime aussi beaucoup les scuptures aux matériaux « durs » comme l’acier ou le bronze. Je comprends que le paysage a désormais l’air complètement nu maintenant, tant ces crabes occupaient l’espace! 🙂

    Répondez
  • Isa says: 17/09/2014 at 10 h 14 min

    Etonnant, ils se fondent très bien dans les paysages !

    Répondez
  • Lydia says: 17/09/2014 at 12 h 21 min

    J’aime beaucoup tes photos et l’endroit est vraiment très joli 🙂

    Répondez
    • geneviève boudazin says: 19/09/2014 at 14 h 42 min

      C’est un lieu très joli mais très fragile surtout après les tempêtes de cet hiver. Attention à ne pas accélérer la dégradation de notre environnement. Le lieu se prête bien à des expositions l’été si le nombre de visiteurs n’excède pas ce que peut supporter le site. Cet été c’était beaucoup trop.

      Répondez
      • Catherine says: 19/09/2014 at 21 h 55 min

        Je veux bien ouvrir le débat comme vous semblez le souhaiter Geneviève dans votre email. Ne travaillant pas dans le secteur de l’organisation d’événements touristiques j’aimerai aussi avoir l’avis de professionnels, si vous nous lisez ici! Le sujet mérite la discussion : doit-on limiter l’accès à certains sites pour ne pas les endommager ? Comment sensibiliser à la protection de l’environnement les visiteurs ? Si vous avez des exemples de lieux où cela se fait avec bon sens dites-le nous. Je pensais aux grottes en Dordogne qui ont été répliquées. Cela permet de donner à voir le patrimoine, avec un aspect fictionnel toutefois.
        L’île Wrach est un cas particulier car accessible uniquement à marée basse, j’imagine que le flux des visiteurs est très concentré et saisonnier également. J’y suis allée 2 fois fin août et je n’ai rencontré que 4 personnes. C’est ensuite un lieu publique donc en accès libre, sauf le phare peut-être.
        Un proverbe souvent cité dans des articles sur le rapport entre tourisme de masse et environnement : « Le tourisme est comme le feu : il peut faire cuire ta soupe comme il peut brûler ta maison ».

        Répondez
  • Fabien says: 17/09/2014 at 23 h 39 min

    Encore la découverte d’un lieu parfaitement inconnu pour moi, avec de belles photos ce qui est encore mieux. En revanche je viens de passer quelques minutes à rechercher cette île (à priori inconnue sous Google Maps) que je pense avoir finalement localisée. Je n’aurai pas été contre une petite carte de situation afin de pourvoir à ma méconnaissance de ce lieu 🙂

    Répondez
  • Céline says: 26/09/2014 at 10 h 30 min

    J’aime beaucoup et tes photos sont très réussies ! Qu’elle est belle notre Bretagne 🙂

    Répondez
    • Catherine says: 29/09/2014 at 22 h 21 min

      Pourquoi aller ailleurs, ce que je me dis à chaque fois que je prends l’avion !!

      Répondez

    Laissez un message