Finistère 5

Douarnenez, « Tiens Bon ! »

Douarnenez, où sont tes couleurs, tes clameurs de sardinière ? Il reste des murs, des morceaux d’œuvres de Paul Bloas, des rouges délavés devenus roses, des marches de pierre couvertes de lichen, glissantes jusqu’au port. Douarnenez.
Il s’est passé tant de choses ici. Il s’est passé tant de temps.
On le ressent. Ce n’est pas une ville insipide. Elle a du caractère. J’ai vu des fantômes. C’est une ville avec une âme à qui on voudrait dire « Tien bon – Dalc’h Mad ! » (je n’invente rien, c’est sa devise).

Ce qui en fait le charme et la grâce, c’est son golfe. elle est assise tout au fond et semble regarder la douce et longue ligne des côtes, onduleuses, arrondies toujours en des courbes charmantes, et dont les crêtes lointaines sont noyées en ces brumes blanches et bleues, légères et transparentes que dégage la mer. Guy de Maupassant –

Je voudrais appuyer sur un bouton et que le manège tourne de nouveau gaiement.
Je voudrais d’un coup de baguette magique redonner de la vie aux façades.

L’hôtel où travaillait maman est toujours là, collé à l’escalier. Mais je ne suis pas certaine que la porte s’ouvre encore. Quelqu’un est parti avec la clef ?
Douarnenez est peu-être endormie pour la saison. J’espère que l’été elle s’anime. C’est triste une ville qui baisse les bras.

Douarnenez sans voiture

  • Car : Prendre le car 51 Pen ar Bed depuis la gare de Quimper. 35 minutes de trajet. Achetez votre ticket en gare avant le départ 2€/ticket/1,50€/enfant. Arrêts possibles au centre de Douarnenez (face à l’office de tourisme) et terminus à Tréboul.
  • Vélo : Voie verte de 18km entre Quimper et Douarnenez. Départ à environ 3 km du centre-ville de Quimper au lieu-dit Ty Planche- Gengat.
  • Bus : La ville de Douarnenez est desservie par le Tud’Bus. Utile car de Tréboul au centre-ville c’est assez grand en fait !

Que faire à Douarnenez

Passer de port en port
Douarnenez c’est la ville aux trois ports, qui font face à l’île Tristan :

  • Le Port-Rhu est dans le quartier de Tréboul (qui a été rattaché à Douarnenez en 1945). C’est le port de plaisance. La balade jusqu’à Tréboul est très plaisante avec vue panoramique sur la presqu’ile, le cap de la Chèvre le Ménez-Hom.
  • On accède depuis le GR au  port musée par une passerelle au dessus de l’estuaire qui relie Tréboule à Douarn’. Ce musée à ciel ouvert présente 4 bateaux qui ont fait l’histoire maritime de Douarnenez et qui se visitent de la cale au pont.
    A marée basse l’accès à l’île Tristan se fait depuis la cale du Guet. Une fois par mois, les jours de grande marée, le passage à pied et la visite de l’île est en  accès libre et gratuit durant environ 3 heures. Pour les autres jours et les horaires contacter l’Office de Tourisme (douarnenez-tourisme.com).
  • Le  Rosmeur c’est le port de pêche, le port où se restaurer et faire la fête notamment lors des Fêtes Maritimes.

Se promener aux Plomarc’h

Les Plomarc’h est un ancien village de pêcheurs situé sur les hauteurs de Douarnenez. Habité jusqu’aux années 80 il est maintenant reconverti en site naturel protégé. Les penty sont devenus des gîtes, la ferme accueille une basse-cour, des ânes, des moutons, etc. C’est un incontournable de la région avec sa vue sur la baie et son cadre bucolique .

Manger un kouign’

En chemin vers les Plomarc’h arrêtez-vous à la petite boulangerie du 20 rue des Plomarc’h. 3,50€ le kouign amann individuel, le prix du bonheur !

Dormir à Tréboul

Si vous souhaitez un accès direct à la plage c’est le quartier qu’il vous faut. De plus la balade jusqu’au centre-ville (20-30 minutes de marche) est très agréable.

J’ai dormi à l’Inter-Hôtel Résidences d’Armor. Je souhaitais un hôtel familial avec piscine au cas ou la météo soit maussade. Il faisait beau, nous avons donc pu profiter à la fois de la piscine et de la plage qui se trouvait juste en face !
L’hôtel est très bien avec un accueil sympathique. Les chambres sont classiques mais rénovées. Vous pouvez profiter d’ un jardin clos et d’un solarium. La piscine, couverte et chauffée à 30°, est en accès libre et ouverte jusqu’à 22h.
Je n’ai pas trop aimé le restaurant que j’ai trouvé cher par rapport à la qualité (menu à partir de 15,50€). Apparemment la viande était bonne (selon mon fils et nos voisines de table) mais j’avais choisi un poisson, cuisiné et présenté sans aucune recherche. Je n’aime pas les restaurants qui impose un menu, ce qui est le cas ici, je préfère souvent choisir simplement un plat ou mixer moi-même les différents plats d’une carte.

En conclusion déçue par le restaurant mais cela reste un hôtel agréable pour les familles qui souhaitent profiter de la plage de Tréboul. Un séjour à moins de 100€ pour 2 !

Tarif d’une chambre double aux vacances de pâques, petits déjeuners et taxes de séjours inclus : 99€ (prix directe sur le site de l’hôtel).

Les Résidences d’Armor
36 Rue des Sables Blancs
29100 Douarnenez

Partagez sur Pinterest !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

A lire aussi...

5 Commentaires

  • Lucie says: 25/04/2017 at 8 h 54 min

    les photos sont vraiment magnifiques !!

    Répondez
    • Catherine says: 25/04/2017 at 10 h 09 min

      Merci Lucie. Douarnenez avec ses murs surannés et ses couleurs qui changent tout le temps est photogénique !

      Répondez
  • Lady Breizh says: 25/04/2017 at 11 h 15 min

    Je note l’adresse, je t’en dirais des news 😉

    Répondez
  • Didier says: 25/04/2017 at 21 h 15 min

    Je note un poil de nostalgie Catherine, Douarnenez aurait-il un petit goût suranné ! Mais tu nous parles pas de ce qui fait l’alchimie et l’âme de Douarnenez. Les quatre communes, les petites anecdotes entre Tréboulistes et Douarnenistes. Ce n’est pas très grave, tu reviendras, tu essaieras pendant les fêtes maritimes ‘Temps Fête’ ou les gras de Douarnenez, tu verras Douarnenez sait révéler une autre saveur et là, je ne parle pas seulement des Kouign amann. Ma doué, ajoute un n à amann, sinon le roi Gradlon va revenir… ! 😉

    Répondez
    • Catherine says: 26/04/2017 at 7 h 40 min

      Et oui Didier la nostalgie est un sentiment qui me vient très vite. J’adore essayer de trouver des traces de vie du passé dans les murs, les paysages, les ambiances des villes où je me promène. Les portugais ont le mot « saudade » qui évoque ce passé perdu, je ne sais pas si en Breton nous avons un mot similaire. Ce n’est pas un sentiment qui me rend triste pour autant, ça m’aide plutôt à prendre des photos et à imaginer des histoires. Je ne connais pas Douarnenez, j’évoque juste ce que j’ai ressenti en y passant. ET bien entendu prions (et j’ajoute un « n ») pour que Gradlon nous laisse tranquille 😉

      Répondez

    Laissez un message