Finistère 1

Eckmühl, drôle de nom pour un phare

Phare d’Eckmühl… ce nom m’a toujours semblé étrange, exotique, romantique, légendaire. Parfait en somme pour un phare qui guide les bateaux, depuis le 19e, sur une des côtes les plus déchiquetées de Bretagne à Penmarc’h.
Et son histoire est bien à la hauteur de ses 60 mètres !

1892, les plans et le budget d’un nouveau phare pour Penmarc’h sont validés. Mais un mystérieux testament vient bouleverser le projet, celui de la marquise Adélaïde-Louise d’Eckmühl de Blocqueville, une poétesse qui tient salon à Paris. Elle lègue 300 000 francs pour la construction d’un phare. Conditions : que ce phare se nomme « phare d’Eckmühl », en l’honneur de son père le maréchal Louis-Nicolas Davout duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl et qu’il soit bâti sur un terrain solide, insubmersible, indestructible.
Le site de Penmarc’h est choisi et les travaux débutent en 1893. Le généreux budget permet l’usage des meilleurs matériaux : granite de Kersanton, opaline, marbre, chêne… un phare haute-couture.

Je suis le gardien du phare, le gardien de la tour d’ivoire au-delà du tourbillon des âmes, depuis des années. C’est un ouvrage remarquable qui surgit de la mer, il faut le voir les jours de grain, placide comme moi quand je monte sur le balcon supérieur, auprès de la lanterne – Éric Faye, Je suis le gardien du phare

Les derniers gardien ont quitté le phare en 2007, il est aujourd’hui automatisé. Voir les horaires de visite sur le site : www.penmarch.fr

Et ne manquez pas au mois d’août l’insolite course : championnat du monde de la montée du phare d’Eckmühl !

Partagez sur Pinterest

Rendez-vous sur Hellocoton !

A lire aussi...

1 Comment

  • Jess says: 12/05/2017 at 21 h 38 min

    Bonsoir, je découvre ce phare … ça donne envie d’y aller faire un tour, je le note pour un prochain week end ! Le haut de phare à la l’image d’une marquise avec cette impression de coiffe et de couronne !!
    Merci pour ces belles photos 🙂

    Répondez
  • Laissez un message