Pays-Bas, Voyages 6

Utopie ou alternative, le quartier écologique d’Amsterdam

On est tous allés au moins 1 fois à Amsterdam, les vélos, les canaux, les coffee-shop je n’en parlerai pas aujourd’hui mais l’avantage de cette ville, outre la proximité avec Paris (merci qui, merci Thalys !), est son attitude « green », eco-responsable.

Allez, je vous embarque pour un tour du quartier écologique de GWL-Terrein en pleine ville d’Amsterdam.

Avant/Après du quartier écologique

L’ ancienne station de traitement de l’eau d’Amsterdam – photo site

Tout est bio à GWL-Terrein, même notre charmante guide, Corine Marseille, qui, malgré les apparences ne parle pas français (un lointain ailleul sûrement). Ici il faut respecter les règles de la communauté : T-shirt coton bio certifié, déo pierre d’alun, snickers en cuir de roue de vélo recyclée… un sacerdoce ! Une voiture roulant malencontreusement sur le territoire a d’ailleurs attirée les foudres de notre guide…
Vélo only à GWL-Terrein (selon le projet initial qui s’est un peu adapté vous le verrez ) ! Elle même dispose de 3 vélos différents selon le jour de la semaine : 1 vieux vélo pour aller au centre ville (et oui on se fait vite voler son biclou), un beau vélo pour aller travailler à l’exterieur de la capitale et 1 vélo pliant pour prendre le train.

« Cherchons personnes souhaitant créer une zone habitable piétonnière « .
Le point de départ du projet était de créer une zone urbaine à forte densité et écologique et c’est par cette annonce dans un journal que tout a commencé en 1995.
1mois plus tard déjà 6000 personnes étaient volontaires pour le projet.
GWL-Terrein est d’ailleurs le premier projet urbain sans voiture en Europe. Entre 1996 et 1998, 600 logements ont été réalisés sur le terrain d’une ancienne station de traitement de l’eau potable. Le projet a favorisé les matériaux de construction écologiques et  la réutilisation des matériaux issus de la démolition de la structure initiale.

Sectarisme ou alternative d’un projet urbain écologique ?

Quelques chiffres :

  • 17 immeubles d’appartements
  • 600 logements, 50% location sociale – 50% propriétaires
  • 110 places de parking  pour les « méchants » qui ne peuvent se passer de voiture.
  • 260 jardins privatifs (location de 26 euros par an) type jardin d’ouvrier
  • 1 restaurant, 1 hôtel (avec 1 chambre !)
  • 0 commerce, 0 école

En voulant créer une zone abritée de la pollution, tout la barre d’appartements qui entoure le quartier à cette fonction, cela fait un quartier préservé du reste de la ville. Un ghetto avec ses limites, ses règles, son conseil, ses séances de votes et ses conflits, etc. Dans le même temps, je pense qu’aucune décision innovante ne peut être adopté sans radicalisation. Quelles solutions pour que les habitants prennnet soin de leur quartier ? On voit ce qui se passe dans les grandes villes françaises ou certains quartiers deviennent insalubres, les propriétaires vendent, etc.
Il manque quand même à mon goût un espace de folie naturelle dans ce nouvel espace urbain !

Zones conviviales

La café Amsterdam, tout comme les jardins et l’hôtel, a vocation à créer une zone d’échange entre la cité et son voisinage. Je ne connais pas les résultats mais je serai bien restée déjeuner au restaurant, dommage pas de temps !

Manger à GWL-Terrein : café-restaurant Amsterdam

Le Café se situe dans ce qui fut la salle des moteurs de l’usine de pompage, on y retrouve donc des vestiges du passé industriel. Les lampes par contre ne sont pas d’origine mais ont la particularité d’avoir été celles de l’ancien stade de l’AJAX (les fans de foot comprendront !)

Dormir à GWL-Terrein : Hotel De Windketel

Pour tenter la full experience, il est possible de louer un cottage en plein centre de la cité, juste face au restaurant. 4 nuits pour 350 euro

Vidéo du projet

Si le projet vous intéresse, je vous conseille cette vidéo car les architectes et différents témoins racontent rétrospectivement ce qu’ils auraient fait différemment : parking ou pas, gaz ou électricité, bois ou pierre, etc… On reste assuré que rien n’est parfait et que surtout la société évolue !

GWL site: 10e anniversaire d’un quartier écologique from Diego Pos on Vimeo.

Informations pratiques

  • Y aller : Tram 10 jusqu’au terminus, ou bus 21(depuis Central Station), arrêt « Van der Hoopstraat ».
  • Site web, notamment pour réserver une visite guidée

Prolonger la visite : quartier Westerpark

GWL Terrein fait partie du quartier Westerpak, ancien quartier industriel totalement rénové avec parc et adresses branchées. L’office de Tourisme, IAmsterdam, propose sur son site une balade agréable qui changera des canaux du centre ville ou du Jordaan.
Vous connaissez d’autres projets alternatifs urbains de ce genre ?
Remerciements : MonNuage pour l’organisation avec option bonne humeur, IAmsterdam pour cette initiative de nous faire découvrir une autre facette d’Amsterdam, Thalys sans qui nous serions venus en péniche depuis la Seine… Sans oublier mes camarades blogueurs à qui je souhaite de bonnes vacances !
Rendez-vous sur Hellocoton !

A lire aussi...

6 Commentaires

  • Elisa says: 31/07/2011 at 16 h 11 min

    Tout cela donne envie de faire une visite:)

    Répondez
  • NowMadNow says: 23/08/2011 at 1 h 31 min

    Bon article sur un quartier vraiment intéressant. Je devrai y être dans quelques semaines pour une visite éclair.

    NowMadNow

    Répondez
    • Catherine says: 23/08/2011 at 21 h 33 min

      Tu nous donneras ton aperçu. Teste le restaurant si tu as le temps, j’en ai malheureusement manqué.

      Répondez
  • Fabrice says: 21/08/2012 at 22 h 02 min

    Je suis allé à Amsterdam fin mai, je suis passé par ce quartier mais je n’ai pas fais attention à cette initiative, dommage, j’aurais bien aimé découvrir cette zone atypique.
    Au Costa Rica, c’est tout le pays qui va dans ce sens de préservation, d’ailleurs le pays veut devenir le premier pays neutre en carbone d’ici 2012.

    Répondez
    • Catherine says: 23/08/2012 at 12 h 18 min

      @Fabrice une raison d’y retourner !

      Répondez
  • […] A Suivre : Amsterdam et son quartier écologique […]

    Répondez
  • Laissez un message